Gestion des Emotions

sur les traces de Socrate - La Maïeutique


thumbnail-1.jpg  

 

Sur les traces de Socrate

La Maïeutique ou l'art d'éveiller les âmes pour vivre libre

 

 

 

C'est en 1999, suite à un choc émotionnel, que la vie de Khadidja Bakki bascula, tout comme sa réalité tangible.

Cette ancienne assistante de gestion qui exerçait dans l'import-export s'offrit à un monde jusqu'alors inconnu, la propulsant littéralement vers l'invisible ; les sphères subtiles la poussant à faire un profond travail sur son être intérieur. Aidée de ses "énergies guides" comme elle les nomme, Khadidja vécut un grand nettoyage intérieur durant 10 ans. En contact avec son "enfant intérieur" et lors de voyages oniriques initiatiques marquants, elle finit par prendre conscience d'une nouvelle orientation de sa destinée. C'est notamment au cours de l'un de ces rêves-guides qu'elle reçut cette sentence révélatrice de sa nouvelle voie : "Arrête de faire le tour du monde et connais-toi toi-même !"

Si au départ, ces initiations pouvaient lui sembler incertaines, son âme comprenait la portée de tous ces messages, même si sa part rationnelle et son mental tentaient de lui brouiller les pistes. En acceptant de se laisser guider au gré de ces nuits d'initiations enrichissantes, Khadidja sentait que tout cela aurait un sens un jour. Confrontée à des cas de cancer dans son entourage proche, elle commença tout naturellement à soulager et à aider des personnes dont certaines se trouvaient en fin de vie. C'est ainsi qu'en 2003, le "hasard" mena ses pas vers le service de cancérologie du Professeur David Machover de l'hôpital de Villejuif où elle put exercer officiellement en tant que technicienne de beauté en sanitaire et social. Ses soins de bien-être, comprenant diverses méthodes dont des massages énergétiques, reçurent un accueil très favorable de la part des patients, autant que du personnel soignant, ravis de se voir ainsi apporter un bien-être salvateur. Cette expérience fructueuse redonna confiance à Khadidja. Malgré tout, elle tenait à préserver sa part cartésienne au cœur d'un monde scientifique et bureaucratique hélas encore trop frileux à des méthodes différentes de son dogme initial, telles que laisser entrer de nouvelles techniques au sein de l'hôpital. Forte de cette expérience, elle quitta l'hôpital de Villejuif revigorée et son destin la guida vers les rencontres qui permettraient d'asseoir sa vocation. Mettant ses dons au service de diverses entreprises et nouant des partenariats constructifs, cette âme combative, intuitive et autodidacte osa tous les challenges jusqu'à se mettre à son compte en qualité d'auto-entrepreneur, thérapeute consultante du stress et des émotions.

"Connais-toi toi-même, nul ne fait le mal volontairement"
Lu sur un temple de Delphes

Khadidja s'est grandement inspirée de cette psycho-spiritualité issue de la Grèce antique, partant du principe que "c'est en habitant de plus en plus son corps que l'on n'est moins dans le mental et davantage dans le présent, évitant de se projeter dans l'avenir, de ruminer le passé, de se faire des illusions et d'avoir des regrets. C'est ainsi que nos choix nous appartiennent et que l'on ne répète plus nos anciens schémas."

Tel Socrate, fondateur de la Maïeutique (*), Khadidja propose de puiser au cœur de l'être intérieur afin d'en faire naître les réponses à tous ses problèmes, grâce à une prise de conscience mettant en lumière leur clé libératrice. Socrate se disait incarner un "accoucheur d'esprit", utilisant la parole, le questionnement précis parce que : "au début était le verbe créateur, qui crée et décrée…" ; qui est donc capable de déprogrammer les schémas mentaux si aliénants ayant cours au cœur de l'être humain.

"En se transformant, notre vie se transforme, ainsi que nos relations…"

Khadidja nous dit que "c'est en libérant notre corps, soit tout ce qui est inscrit dans notre inconscient, que l'on peut mieux vivre sa vie et trouver sa paix intérieure…"

Toutes les émotions que nous éprouvons ne sont que le révélateur d'un dysfonctionnement, de tout ce qui ne nous convient plus. C'est en allant à la rencontre de ces émotions, au gré de tout un cheminement (aller à la rencontre de l'autre, des évènements de la vie, …), que l'on parvient à la libération. Ce cheminement se trouve être une aide précieuse pour révéler nos émotions enfouies dans l'inconscient et dans le corps…

"Etre toujours plus heureux qu'hier"

Khadidja explique que toute séance thérapeutique est particulière et qu'elle n e pratique aucun protocole. Après avoir demandé sa requête à la personne venue la consulter, elle s'adapte à son mode de fonctionnement et à sa problématique. Ainsi se met en place une "écoute subtile qui permet de décoder ce que souhaite réellement le client et s'il est lui-même en phase avec ce désir. Je décrypte la demande de l'enfant intérieur (que l'on porte tous en soi) puis, si je sens que la personne n'est pas apte à parler ou à se livrer, on passe directement sur la table de massage. Je ne force pas. Je n'insiste pas. J'écoute son corps et mon intuition me guide sur les zones où se manifestent les nœuds et les tensions physiques qui sont le résultat d'une mémoire, d'un blocage des émotions. Mes mains se posent (sur les vêtements) et le massage commence."

 

La thérapie, regroupant plusieurs outils dont l'efficace massage énergétique, se réalise aussi bien sur le corps physique que sur le corps émotionnel. Khadidja nous raconte que son action agit également sur le plexus et le ventre qui sont les archives de notre histoire familiale, génétique et ancestrale, comme autant de tiroirs de notre passé remplis de vieilleries. Grâce à la digitopuncture et la réflexologie, elle stimule certaines zones "pour libérer toute la surcharge émotionnelle accumulée depuis longtemps", dit-elle. 

 

Outre la parole et les massages énergétiques, Khadidja utilise également lors de ses  thérapies, un allié inestimable qui lui est apparu au cours d'un de ces nombreux rêves initiatiques, le Souffle de Vie. Selon les besoins de chacun, celui-ci s'est tout naturellement intégré à ses séances de bien-être dans le but de "nettoyer ou de régénérer l'être". Il peut même être ressenti à distance. Khadidja nous confie, être depuis toujours, accompagnée par le symbole de la Clé de Vie égyptienne Ankh qui représente justement le Souffle de Vie, en plus d'incarner une puissante protection spirituelle.

L'effet du Souffle de Vie demeure très efficace, notamment lorsqu'il est insufflé à des personnes gravement malades qui perdent foi en la vie, comme elle l'a aussi constaté au cours de son travail dans le service de cancérologie de l'hôpital de Villejuif. Certaines personnes abattues, semblant presque "dépérir intérieurement", ont ainsi repris goût à la vie, clamant une phrase clé révélatrice après les soins prodigués : "Je revis intérieurement !"

Sans toutefois ne jamais rien promettre, Khadidja semble accomplir des miracles, si l'on en juge les nombreux retours reconnaissants qui font boule de neige au gré du temps.

Une cliente, en thérapie depuis deux ans, évoque de manière enthousiaste ses séances de travail comprenant écoute, conseil et déblocage énergétique. Lucide, cette consultante qui considère Khadidja comme un "coach de vie pratique et spirituelle", a aussi conscience qu'un travail personnel s'allie de manière indispensable à celui effectué par Khadidja pour parfaire une réelle évolution.

Voilà une thérapie qui responsabilise l'individu en l'éclairant sur lui-même afin de l'aider à trouver la voie de sa guérison, à mieux se connaître pour une meilleure harmonie existentielle.

Une autre cliente, qui a repris une nette confiance en elle, fait état de la simplicité et du sens concret des méthodes employées, ayant, depuis sa thérapie, un regard plus bienveillant sur sa vie sentimentale qui lui posait problème.  Khadidja, selon les bien jolis termes d'une consultante, "a une connaissance directe du corps et ses mains, guidées par l'âme, savent redonner vie à ce corps qui emmagasine tant de souffrances".

"L'accoucheur n'apporte, ne transmet rien à l'âme qu'il éveille. Il la laisse nue en face d'elle-même."

Socrate

(*) Du grec maieutiké : art de l'accouchement

Retrouvez Khadidja et son univers dédié au bien-être : www.gestiondesemotions.fr

Sous la plume de Nathalie Moulin
Rédactrice - www.natalym.com